Skip links

Comment choisir le bon terrain pour la construction d’une maison écologique ?

L’architecture durable consiste avant tout à intégrer et adapter l’habitation à son environnement, et non l’inverse. Le terrain et son environnement sont donc des éléments clés dans l’élaboration d’un projet de construction écologique. Il est en effet essentiel de prendre en compte, dès la phase de conception de la maison, les contraintes liées au terrain. Voici nos recommandations pour bien choisir votre terrain, en vue d’y construire votre habitat écologique. 

Avant toute chose, il est nécessaire de définir votre projet de construction : s’agit-il d’un projet de construction passive, écologique ou bioclimatique ? Souhaitez-vous implanter une piscine écologique et/ou un potager biologique ? Ces éléments détermineront notamment la surface du terrain, en plus des m² constructibles. 

Une fois le projet défini, quatre points majeurs sont à prendre en compte pour choisir votre terrain :

  • Le climat : Les recommandations à respecter instaurées par les organismes de certification comme Passivhaus Institute, seront différentes selon le climat. Selon la zone et donc le climat choisi (par exemple, un climat froid pour la Suède, un climat tempéré pour la France ou un climat chaud pour le Portugal), les niveaux de critères de construction (pour les fenêtres, l’isolation,…) ne seront pas les mêmes. À noter que la proximité avec un fleuve ou à l’océan altérera les conditions climatiques locales.
  • Les conditions météorologiques et l’orientation du terrain : L’exposition aux vents dominants et au soleil jouera un rôle majeur dans l’implantation des pièces du logement. Il est donc nécessaire de choisir un terrain dont l’orientation offrira le meilleur confort de vie à ses occupants. Au Portugal, il est recommandé une ouverture de terrain (vue dégagée) orientée Sud-Ouest, pour y implanter le séjour et ainsi maximiser les apports solaires passifs.
  • La végétation : Au Portugal, notamment dans le Sud, il est essentiel d’éviter les surchauffes en été. S’il existe des installations pour contrer cela (volets orientables, brises soleil,…), il est possible de tirer partie de la végétation environnante, avec la présence d’arbres à feuilles caduques par exemple, qui réguleront naturellement la température en été et laisseront passer la lumière et le soleil en hiver. L’idée étant d’utiliser les ressources naturelles pour améliorer le confort intérieur. 
  • Les nuisances environnantes : Le caractère écologique d’un projet de construction ne s’arrête pas à la conception de l’habitat. Il est important de tenir compte des nuisances sonores et visuelles, comme par exemple la présence de bâtiments voisins qui créeront des masques solaires. Il est également recommandé de faire un diagnostic de pollution des sols, notamment dans le cas où vous souhaitez implanter un potager. 

Avant d’acheter le terrain, il est fortement conseillé de consulter la Plan Local d’Urbanisme (PLU) à la mairie, afin de s’assurer que le terrain est bien constructible et avoir connaissance des projets environnant potentiels. Il est nécessaire également de bien se renseigner sur les réglementations locales (domaines protégés, parcs naturels…), qui peuvent fortement contraindre un projet de construction. Une fois le terrain choisi et le relevé topographique effectué, l’architecte définira l’emplacement et la meilleure orientation pour implanter la maison de vos rêves. 

Vous souhaitez en savoir plus sur la construction écologique au Portugal ? Téléchargez gratuitement notre livre blanc !

Photo : Antonio Mendes on Unsplash

Leave a comment